Sprezzatura!

De la grâce à la distinction. Éloge de la sprezzatura

Dans son célèbre Livre du courtisan, Baldassare Castiglione a inventé, en forgeant le néologisme sprezzatura, une notion d’une grande générosité conceptuelle. Évidence et mystère cohabitent dans cette « désinvolture » qui ne se réduit ni à la « nonchalance » qu’elle signale bel et bien, ni à « l’art de cacher l’art » dont certes elle se réclame. Le propos de ce colloque est de montrer, en préférant l’esprit de synthèse à l’érudition, l’importance aussi discrète que capitale de la sprezzatura dans notre culture.

Responsables : Roderick-Pascal Waters (professeur de philosophie en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) à Amiens) et Yves Hersant (directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris)
Fondazione Primoli, Via Giuseppe Zanardelli 1, 00186 Rome, 28 février 2024.
Entrée libre dans la limite des places disponibles. / L’ingresso è gratuito, fino a esaurimento dei posti disponibili. Réservez votre place / Prenota il tuo posto

Réservation / Prenotazione

Sprezzatura 2024-02-06

« Et cio fuggir quanto piu si puo & come un asprissimo et pericoloso scoglio la affettatione & per dir forse una nuova parola, se far in ogni cosa una certa sprezzatura, che nasconda l’arte … » C’est au Livre premier, Ch.XXVI des éditions modernes, page 65 de mon exemplaire où la phrase de traduction est soulignée par une main inconnue – est-ce la même que pour les nota bene ? – que Castiglione introduit son concept central et novateur sous forme d’una nuova parola, un néologisme, sprezzatura, à partir de sprezzare : mépriser, dédaigner. Chappuys le traduit par « mefpris et nonchalance ». Colin est embarrassé dans sa première traduction: « nochalance & mefprifon/ qi cache l’art et scavoir » ; il propose d’ailleurs plusieurs options ….  : « pierre/peril/ou rocher », « affectio/affectation ». Le même Colin ne garde que nonchallance » dans la version ③ et la version ④ revue par Sainct Gelais. L’abbé Duhamel traduit encore plus simplement par « dédain »… (Jacques Giber, « Le Livre du Courtisan de Baldassar Castiglione », 2021)

Les commentaires sont clos.