Colloque ‘Italiques’ 2018 – « Il ’68 in Italia e in Francia / 1968 en France et en Italie »

À l’occasion du cinquantenaire des événements de Mai 68, l’association Italiques organise à Rome, les 30 novembre et 1er décembre 2018, un colloque destiné à revisiter ce moment singulier de l’histoire politique, sociale et culturelle de la France et de l’Italie.

Nous n’ignorons pas que de nombreuses manifestations à caractère commémoratif se sont déroulées tout au long de l’année dans nos deux pays. Mais l’originalité de la démarche d’Italiques réside dans l’approche à la fois comparatiste et culturelle qu’elle entend mettre en œuvre. Il s’agit d’enrichir la compréhension historique de l’épisode en confrontant les formes, communes ou spécifiques, qu’il a revêtues de part et d’autre des Alpes.

Pourquoi privilégier nos deux pays ? En premier lieu, parce, de tous les États européens, c’est  en Italie et en France que le mouvement a été porté à son plus haut degré d’incandescence. Aucun autre n’a connu une conjonction aussi étroite entre la contestation étudiante et les luttes ouvrières, des mobilisations aussi massives et des conséquences aussi profondes.

En second lieu, parce que, si une série de causes objectives, générées par la situation économique, sociale, démographique, y ont produit des effets analogues, ces similitudes transnationales n’ont en rien gommé les spécificités et les colorations propres à chacun des deux pays et ont même constitué une sorte de révélateur des idiosyncrasies nationales.

L’objet du colloque sera donc d’examiner les analogies et les contrastes entre les deux processus, d’en identifier les traits communs et les déclinaisons nationales.

L’attention se focalisera sur la période qui va des premières agitations étudiantes de l’automne 1967 à la fin de l’autunno caldo italien en décembre 1969. Sans exclure pour autant d’inscrire le mouvement dans sa durée historique, en gardant à l’esprit ses prémisses et son sillage.

L’intention qui nous anime n’est nullement commémorative. Ce qui nous intéresse c’est ce que 68 nous dit encore aujourd’hui de l’histoire de nos deux pays, de leurs structures mentales, culturelles et politiques. Et de ce que, par comparaison, sont devenues nos sociétés contemporaines.

Le colloque s’articulera en quatre sessions d’une demi-journée comportant quatre à cinq communications suivies de débats.


En marge du colloque, sera décerné le XVIIIe Prix Italiques qui couronnera cette année l’œuvre d’un auteur italien consacrée à la France.

À cette occasion, aura également lieu la présentation de l’ouvrage Vingt ans d’Italiques, vingt ans de dialogue culturel entre la France et l’Italie, actes du colloque qui s’est tenu à Paris les 7 et 8 décembre 2017, publié par Aracne, Roma, 2018. 

Entrée sur inscription à : secretariat.italiques@gmail.com


Comité d’organisation: Dominique Budor, Paolo Carile, Paolo Fabbri, Alessandro Giacone, Jean Gili, Jean Musitelli, Fabio Roversi Monaco, Rossana Rummo, Valdo Spini, Walter Veltroni, Jean-Claude Zancarini.


Il ’68 in Italia e in Francia: sguardi incrociati
1968 en France et en Italie: regards croisés

(Rome, 30 novembre-1er décembre 2018)

Colloque international organisé en partenariat avec
la Fondazione Primoli et la Fondazione Carisbo

I lavori si svolgeranno in italiano e in francese.

 

Programme provisoire (sous réserve)

1ère session, Vendredi 30 novembre, 9h 30

Allocutions de bienvenue des autorités et des partenaires

  • Roberto ANTONELLI, président de la Fondazione Primoli
  • Jean MUSITELLI, Introduction : les raisons d’un colloque

 

Les prémisses et le contexte

  • Antonio VARSORI, Il ’68 nella dimensione internazionale : cause e conseguenze
  • Guido CRAINZ, L’Italia del « miracolo », fra speranze, contraddizioni e tensioni
  • Alessandro GIACONE, Les relations franco-italiennes en 1968-69
  • Riccardo BRIZZI, La Francia gollista : dinamismo economico, conformismo sociale
  • Hugues LE PAIGE, 68 en Belgique, entre suivisme et originalité

 

2e session, Vendredi 30 novembre, 15h 00

Les lieux et les acteurs
Moderatore : Valdo SPINI

  • Marco BOATO, Il movimento studentesco
  • Julie PAGIS, Les matrices de l’engagement en mai 68
  • Marc LAZAR, Les gauches françaises et italiennes et le Printemps de Prague, cet autre 68
  • Pauline PICCO, Les extrêmes droites françaises et italiennes et 68

 

3e session, Samedi 1er décembre, 9h 30

Les idées et les mythes

  • Frédéric ATTAL, Le bouillonnement intellectuel
  • Paolo FABBRI, Il ’68 : resistere al presente, abitare il possibile
  • Ludivine BANTIGNY, Comment changer la vie ? Projets et futurs imaginés en 1968
  • Michelle ZANCARINI-FOURNEL, Femmes et féministes dans le moment 68 : une présence controversée

 

4e session, Samedi 1er décembre, 15h 00

Les images et les représentations

  • Philippe ARTIERES, La mise en images des luttes
  • Ilaria VEZZANI, L’invention verbale. Le lexique de 68, le poids des mots, des slogans, des chansons
  • Jean GILI, Les échos de Mai 68 dans le cinéma italien
  • Marco BERTOZZI, Le documentaire militant au cœur de la mêlée
  • Dominique BUDOR, Il maggio ’68, evento politico-biografico (Francia e Italia)

 

Conclusion

  • Walter VELTRONI, Il ’68 visto dal ‘18

18h. Cérémonie de remise du Prix Italiques 2018